All that jazz …

August 11, 2016  •  Laisser un commentaire

Par Annie Robert, Photos : Thierry Dubuc

Chroniques Marciennes  # 10
Marciac 11 Août  2016

Lucky Peterson Quartet  /  Wynton Marsalis Quintet

Ce soir nous voici revenus aux racines, du jazz, du swing, du blues, de la ballade. Rien d’un musée figé, bien au contraire, la tradition certes, mais la tradition dans ce qu’elle a de bon, le partage avec des plus jeunes, la remise en cause et un ouvrage final, parfait, plein de tonus et de grâce.

Délaissant sa guitare pour l’orgue Hammond dans laquelle il excelle, et après avoir offert  la veille, en guise d’amuse -oreille, un petit concert gratuit d’une demi-heure sur la place du bis à un public « espanté » comme on dit dans le Sud-Ouest, Lucky Peterson est sur la scène du chapiteau pour cette première partie swing and blues.
Celui-là, c’est un phénomène, comme un sale gosse taquin  qui ouvrirait tous les bocaux d’un magasin de friandises. Il picore, s’étonne, rigole de ses excès et de ses facéties « ah, vous ne vous attendiez pas à ça les gars.. » Il regarde le public en riant, heureux de ses pitreries pour revenir au thème que nous n’avions jamais perdu de vue.

Et derrière, ça suit au quart de tour, ça riposte, nous entraîne dans un vrai manège de chevaux de bois. Il faut dire qu’il a avec lui un batteur de grande classe. Herlin Riley qui est également le batteur d’Ahmad Jamal, autant frappeur de peau que joueur de fer, est d’une régularité de métronome, jamais trop appuyé et inventif. Visiblement il s’amuse bien lui aussi.

Le jeune guitariste Kelyn Crapp, discret et frais, et un saxophoniste rutilant, très créatif, monté sur pile (mais dont je n’ai pas saisi le nom.) complètent  le quartet. Quant à l’orgue Hammond, c’est un vrai monstre de force. Inimitable dans les nappes de sons mais aussi dans les impros agiles que ses deux claviers lui permettent. Elle peut se faire tendre pour des slows langoureux mais pleins de surprises, des accords vanillés et décalés. À l’arrivée de Nicolas Folmer à la trompette, une section de soufflants swinguants s’installe pour des unissons ou des jeux harmonisés sur des standards bien plantés : un « Misty » de derrière les fagots, romantique mais épicé de cannelle et de gingembre, un «  Every day I have the blues »  cabotinant et joyeux malgré son titre, un « Purple rain » émouvant, repris en chœur par la salle et décliné par la voix inimitable de Peterson. Des niches, le papy gamin en fera tout au long du set, il appellera même à le rejoindre, un Wynton Marsalis qui ne s’y attendait pas et qui nous offrira un beau solo avec un micro prêté par le sax.

Ce bluesman-là est un concentré de peps tonique, un remède à la mélancolie sous un chapeau noir, un vrai moment de joie et de talent.

En deuxième partie, c’est au tour de Wynton Marsalis de magnifier la tradition du jazz. Le parrain du festival, le fidèle d’entre les fidèles, après avoir célébré les grands orchestres quelques jours auparavant avec les «  Young stars of jazz »  a choisi ce soir une formation plus restreinte, resserrée dans l’espace pour une intimité entre les musiciens et un set centré essentiellement autour des ballades.

La formation est très unie, en parfaite harmonie. Il n’y a entre eux aucune hésitation, aucun faux pas. Walter Blanding aux saxophones possède un son rond, profond et virtuose et son phrasé simple est toujours à propos, Dan Nimmer au piano joue à saute-mouton et se montre tour à tour lyrique ou soyeux, Carlos Henriquez est une basse mélodieuse qui soutient sans faille la rythmique. Ses impros sont des modèles du genre, courtes et avenantes. Le batteur Ali Jackson peut se montrer plein d’humour mais toujours solide.
Une unité qui se ressent dès les premiers morceaux. La couleur est la même, les partis prix également. Cela n’exclut pas les surprises.
Hervin Riley, le batteur de Lucky Peterson vient impromptu battre du tambourin avec brio sur le 2° morceau… et une taquinerie de plus…

Le set s’organise autour de morceaux  toniques et swing  mais surtout de ballades pleines de charme où la trompette se fait amoureuse, soucieuse des nuances avec des petits souffles ou des grands éclats. Le jeu  de Marsalis force l’admiration. Avec son embouchure droite, sa trompette est claire, soutenue. Il a la capacité de lui faire endosser un habit d’ogre ou de ballerine, de fée clochette ou de loup-garou, avec classe, élégance et subtilité qu’elle soit en sourdine ou à pleins poumons.
Ce retour au quintet de base et cette déclinaison de la belle ouvrage  restent vivants, remplis de flamme, festifs et on le comprend vite jamais figés. Wynton Marsalis connaît ses origines musicales, il les cultive et le fruit porté est toujours savoureux.

Ces deux grands noms ont du jazz, du blues, du swing collés à leurs semelles, ils nous en ont offert le meilleur et l’essence. À présent rassérénée, bercée, la nuit pourra sans peine se remplir d’étoiles. Good night Jazz.


Commentaires

Aucun commentaire publié.
Chargement...